Une fois et pas plus, 2000-2002

Texte & Planche contact
  • Une fois et pas plus 43

  • Une fois et pas plus 42

  • Une fois et pas plus 8

  • Une fois et pas plus 3

  • Une fois et pas plus 10

  • Une fois et pas plus 31

  • Une fois et pas plus 1

  • Une fois et pas plus 26

  • Une fois et pas plus 28

  • Une fois et pas plus 33

  • Une fois et pas plus 34

  • Une fois et pas plus 35

  • Une fois et pas plus 15

  • Une fois et pas plus 17

  • Une fois et pas plus 36

  • Une fois et pas plus 37

  • Une fois et pas plus 39

  • Une fois et pas plus 45

  • Une fois et pas plus 48

  • Une fois et pas plus 50

  • Une fois et pas plus 41

  • Une fois et pas plus 53

  • Une fois et pas plus 52

  • Une fois et pas plus 54

Tirages d'après Polaroids SX70
100x102 cm : 5 ex / 30x31 cm : 3 ex
Un jour de novembre 2000 nous avons pour la première fois fait voler des objets. C'était sur la plage de Carteret. Des chemises, des tissus, ce que j'avais sous la main. J'ai photographié la scène au Leica, réalisé des tirages noir et blanc que j'ai rephotographié au Polaroid SX70, comme dans les séries précédentes. Mais là, durablement, j'ai trouvé avec ces objets suspendus quelque chose comme un langage pour parler de l'éphémère. Pour lier en images hasard et destin, légèreté et gravitation/gravité.

Devant l'objectif de mon M6 argentique, une fois seulement pour chaque lancer, les photographies donnaient sur les planches contacts peu de résultats significatifs. Il émergeait de temps en temps une image que le temps de pose plus ou moins long rendait inattendue.
J'ai commencé à fabriquer les objets volants, cousus et armaturés, puis à faire des essais de résistance à l'air et travailler les effets de la vitesse.

Les Polaroids ont posé leurs couleurs sur les tirages noir et blanc, ce qui donne un ensemble voilé, et laisse se fondre l'objet volant dans le décor.

Le titre de la série, "Une fois et pas plus", est emprunté à la Neuvième Élégie de Rilke.