Longue distance, 2005-2007

Texte & Planche contact
  • Années-lumière

  • À revers

  • Sablier

  • Debout

  • L'Or 1

  • L'Or 2

  • L'Or 3

  • Time zero

  • Carré lunaire 1

  • Carré lunaire 2

  • Carré lunaire 3

  • Éternel Chiffon

  • Tombé des cintres

  • Paso

  • Colonnes

  • Trapèze

  • Lunar white

  • Double twist

  • Devant l'escalier de verre

  • Ombre

Tirage sur papier baryté d’après fichier numérique
Dimensions : 120x70 cm : 5 ex / 65x35 cm : 5 ex
Tout a commencé par hasard : c'est la photographie Années-lumière qui a été à l'origine de cette série mise en scène, elle qui n'en était pas une. Sur la plage le soir, famille et amis réunis, et moi, comme à part, qui voit la scène comme une image.
Je regardais le monde familier de loin. Les lieux et les personnages figés dans la lumière lourde d’un présent éternel. Un de mes romans favoris, L'invention de Morel, d'Adolfo Bioy Casares, était comme réinventé devant moi.
J'ai continué ensuite en gardant cette esthétique particulière que donnent ces fragments de Polaroid SX70 agrandis et désaturés.
Les mises en scènes qui suivent Années-lumière sont comme passées au filtre de la mémoire, ou d'une projection du futur que le présent photographique capte.

 La lumière de ces images est théâtrale, elle traite les scènes extérieures comme des intérieurs, des espaces limités par un fond de scène ombreux plutôt qu'un horizon.
Mais la série Longue distance est aussi liée à l’espace/temps cinématographique : j’ai le sentiment permanent par la photographie d’extraire quelques fragments d’un film qui s’échappe sans cesse. Les images deviennent suite de photogrammes plus ou moins discontinue. De ce fait, la plupart se présentent en triptyque ou en diptyque. C’est aussi ce qui a déterminé le format.